Les spécialités

Depuis de nombreuses années la cuisine lyonnaise nous régale de ses plats ! De grands noms tels que Paul Bocuse, véritable ambassadeur de la gastronomie française ont vu le jour à Lyon. Les bouchons y sont des lieux réputés : ce sont des restaurants typiques où il est possible de déguster les plats de la cuisine traditionnelle lyonnaise.

Les entrées et amuse-bouches :

Le tablier de sapeur : c’est un plat lyonnais typique qui consiste à cuire au bouillon de la panse du bœuf (le gras-double), puis à la macérer dans du vin blanc. On la fait ensuite paner et frire. Elle est coupée en tranches et servie avec une sauce à la ciboulette et accompagné de pommes de terre cuites à la vapeur.

 

La salade lyonnaise : c’est une salade verte agrémentée d'œufs pochés et parsemée de croûtons de pains et de petits lardons frits.

Le saucisson brioché : c’est un saucisson à cuire roulé dans une pâte à brioche cuit au four. On le mange coupé en tranches, souvent sans accompagnement.

Les grattons : ce sont des morceaux de porc cuits dans de la graisse. Ils sont souvent servis froids, en apéritif. Dans d’autres régions, on les appelle aussi grillons, griaudes ou rillons.

 

Le Jésus de Lyon : c’est un saucisson qui était à l’origine préparé pour les fêtes de fin d’année (d’où son nom). C’est un saucisson assez gros, composé des meilleurs morceaux de jambon et de boyaux.

 

La rosette : c’est un gros saucisson, proche du Jésus de Lyon. On la déguste en fines tranches.

Les plats principaux:

Les quenelles lyonnaises : elles se confectionnent à partir de semoule de blé dur ou de farine, de beurre, d'œufs, de lait et/ou d'eau et d’épices. Les quenelles sont mijotées dans une sauce tomate, une sauce Nantua ou dans une béchamel. Elles sont également gratinées. Il existe également des quenelles à la chaire de brochet, un poisson.

*Petite astuce : découpées en rondelles, elles sont délicieuses en Oden.

Les pommes dauphines : elles sont préparées à partir d'une purée de pommes de terre et d'une pâte à choux salée. L'ensemble est mélangé pour ensuite faire des boulettes à frire.

 

Le « poulet Célestine » : c’est un poulet sauté avec des champignons et des tomates. Le tout est flambé au cognac et au vin blanc et ensuite parsemé à l'ail et au persil.

 

L'andouillette lyonnaise : c’est une sorte de saucisse faite de fraise de veau. A Lyon, on la fait le plus souvent mariner dans de la moutarde, et on la poêle ou grille. Il est possible de la faire revenir dans du vin.

Les fromages :

Le saint-marcellin : c’est un petit fromage à pâte molle, à base de lait de vache. Très doux et léger quand il est jeune, particulièrement corsé et fort en bouche lorsqu'il est coulant, c'est le plus célèbre des fromages de Lyon.

 

Le saint-félicien : c’est un fromage à pâte molle, à base de lait de vache. Proche du saint-marcellin, il est cependant plus doux et plus crémeux. 

 

La cervelle de canut : contrairement à ce que son nom indique, ce n’est pas vraiment de la cervelle ! C’est un fromage blanc très frais assaisonné avec des herbes hachées, de l’échalote, du vinaigre, du sel et du poivre. Il peut être servi en entrée ou en dessert. Appelée aussi claqueret.

 

L’arôme de Lyon : c’est un fromage au lait de vache (et parfois de chèvre), à pâte molle. La croûte est recouverte de marc de raisin.

 

La rigotte de Condrieu : alors que la plupart des rigottes sont faites à base de lait de vache, la rigotte de Condrieu est à base de lait de chèvre cru. Sa croûte va du blanc au bleu.

 

Le Mont d’or du Lyonnais : c’est un fromage à pâte molle, fait à partir de lait de chèvre. Il a une croûte rougeâtre, avec des petites moisissures bleues. Son goût est plutôt salé.

La tomme : il existe de nombreuses sortes de tommes produites dans la région autour de Lyon. Le plus souvent, il s’agit d’un fromage au lait de vache cru, à pâte pressée. Mais il en existe aussi à base de lait de chèvre cru.

Pour en savoir plus sur les fromages, du Rhône ou des autres régions de France : http://www.degustation-fromages.com/fromages/rhone-alpes/rhone-alpes.html

Les vins :

Lyon est situé au centre des grandes régions viticoles du Beaujolais et de la vallée du Rhône.

Dans le vignoble du Beaujolais : le vin du Beaujolais est un vin rouge, traditionnellement fruité. Il se conserve entre 2 et 10 ans. Le Beaujolais nouveau est un vin rouge consommé juste après la vinification. Sa dégustation fait l’objet de nombreuses fêtes en novembre. Il existe 12 appellations dans le territoire du Beaujolais : le Beaujolais, le Beaujolais-Villages, et les 10 crus (Chénas, Saint-Amour, Chiroubles, Moulin-à-vent, Régnié, Morgon, Fleurie, Brouilly, Juliénas, Cotes de Brouilly) chacun offrant des gouts et des textures complétement différents.

 

Dans le vignoble de la vallée du Rhône : plusieurs vins rouges, comme le Côtes-du-rhône, la Côte-rôtie, le Crozes-hermitage, l'Hermitage, le Saint-Joseph ou encore le Cornas y sont produits. Parmi les vins blancs, on peut noter le Condrieu et le Saint-Peray.

*A savoir : En novembre chaque année, Lyon accueille le très populaire Salon des Vignerons Indépendants. Plus de 300 vignerons s'y réunissent depuis la France entière pour vous faire découvrir leur produits.

Desserts et bonbons :

La pogne (ou pagne de Romans) : c’est une brioche en forme de couronne, élaborée à partir de farine, œufs et beurre et parfumée à la fleur d'oranger.

 

Les bugnes : c’est une sorte de beignet. Les bugnes lyonnaises sont plates et croquantes, tandis que les bugnes stéphanoises ont une pâte plus épaisse et sont plus moelleuses. Traditionnellement, on les mange lors du carnaval pour célébrer le Mardi gras. On les appelle bottereaux dans l’ouest de la France et merveilles dans le sud-ouest.

La tarte à la praline : la praline est un bonbon, fait d’une amande enrobée de sucre (le plus souvent teint en rose). Pour la tarte à la praline, on fait fondre les pralines avec de la crème, puis on la laisse refroidir dans un fond de pâte à tarte.

La brioche de Saint-Genix : originaire de Savoie, cette brioche à la praline est très présente à Lyon. C’est une brioche garnie de pralines roses.

 

La galette au sucre : c’est une spécialité de la ville de Pérouges, une petite ville médiévale près de Lyon. On fait cuire une pâte à tarte recouverte de sucre semoule et de beurre.

 

Les papillotes : ce sont des chocolats (qui peuvent être fourrés), accompagnés d’un papier sur lequel est écrit une blague, une citation ou une devinette, et enveloppés dans un papier doré. Ce peut parfois être des pâtes de fruit. On mange les papillotes principalement pendant les fêtes de Noël. Originaire de la région lyonnaise, on les déguste aujourd’hui dans toute la France.

Le coussin de Lyon : c’est une confiserie créée dans les années 1960 par le chocolatier Voisin. Elle a une forme de carré, faite de pâte d’amande vert clair, fourrée d’une ganache au chocolat parfumée au curaçao. Les coussins sont souvent présentés dans une boîte en velours vert. On peut aussi en trouver d’une autre couleur, fourré à la pâte de fruit. Leur nom viendrait des carrés de soie sur lesquels étaient présentées des offrandes à la Vierge, lors d’une épidémie de peste dans les années 1640. 

Le cocon de Lyon : c’est une confiserie en forme d’un cocon de ver à soie. De même que le coussin, c’est de la pâte d’amande fourrée d’une ganache à la noisette pralinée et parfumée à l’orangeat et au curaçao.

 

Les bouchons lyonnais : c’est un chocolat fourré avec un praliné croustillant. Il est enveloppé dans un papier qui le fait ressembler à s’y méprendre à un bouchon de liège. A ne pas confondre avec les bouchons de Bordeaux, une autre confiserie.

 

Les quenelles de Lyon : autre création du chocolatier Voisin, cette confiserie s’inspire de la forme des quenelles. C’est une ganache à la noisette et aux éclats de fèves de cacao, enrobée d’un nappage de chocolat blanc parsemé d’éclats de café.

Où manger les spécialités ?

Les Adrets : Situé au 30 rue du Bœuf et près de la station de métro de Vieux- Lyon. Ce restaurant propose une cuisine gastronomique Lyonnaise. Il est ouvert du lundi au vendredi de 12h à 13h30 et de 19h45 à 21h30. Il est préférable de réserver à l'avance.

 

La Famille : Situé au 18 rue Duviard. Sur les murs du restaurant se trouvent des photos anciennes. De nombreuses spécialités sont proposées et vous avez également un choix de vins naturels et biologiques ainsi que des bières et des jus de fruits artisanaux. Le prix des plats principaux varient entre 12 à 17 euros.

 

Le Jura : Situé au 25 rue Tupin. Authentique tradition culinaire lyonnaise, ses plats sont de qualité et sont à des prix abordables. Il est recommandé de réserver à l'avance. Ouvert du lundi au samedi de 12h à 14h et de 19h30 à 22h.

 

Ouest Express : Restaurant ouvert par le célèbre chef Paul Bocuse situé au 41 rue des Docks ainsi que sur l'esplanade du centre commercial de la Part-Dieu. Vous pouvez choisir votre menu parmi des salades, des sandwichs ou des tartes. L'après-midi, l'Ouest express se transforme en salon de thé et offre une halte gourmande. Vous pouvez ainsi dévorer sa fameuse "Gaufre Grand-mère". Comptez entre 10 et 15 euros pour un repas.

 

La Mère Jean : Situé au 5 rue des Marronniers, à Bellecour. Ce bouchon propose une cuisine traditionnelle, dont une délicieuse quenelle de brochet accompagnée d’un gratin dauphinois. La salle étant très petite, il vaut mieux réserver. Ouvert du lundi au samedi. Comptez entre 16 et 25 euros pour un repas.

 

A la Marquise : c’est une pâtisserie qui fait aussi salon de thé, située au 37 rue Saint Jean, dans le Vieux Lyon. Vous pouvez y déguster des tartes à la praline, des bugnes, des coussins lyonnais, ainsi que de nombreuses tartes aux fruits, tout en buvant un thé ou un chocolat chaud. Le bâtiment était autrefois un hôtel particulier où Madame de Sévigné, une célèbre épistolière, avait l’habitude de s’arrêter.